Cet automne, nous sommes allés visiter à Ronchamp (70), l'église Notre-Dame-du-Haut de Le Corbusier.
Lors de notre visite, nous nous sommes rendus compte que la région du Rahin et Chérimont était propice aux randonnées dans la nature et riche en histoire industrielle. Depuis 1750, l'exploitation de la houille a façonné le paysage et l'histoire du bassin de Ronchamp.

Alors hier, avec les gars nous avons découvert cette région sous un soleil radieux.
5 km à pied, un petit tour dans la nature et un pique-nique au pied du dernier puits de l'Étançon.

Rando Rando

                                  Mémorial de la Mine                         Les 19 stations du circuit de 5km   

Rando Rando

Ancienne galerie                                       Fonçage Robert

Rando Rando
Fonçage Robert                                  
Plan Grisey n*3

Le circuit est très intéressant et instructif. En 5km, nous avons vu les anciennes galeries puis la vie des mineurs.
(l'infirmerie des Mines, les Cités ouvrières, le château du directeur, le passage sous la voie ferrée des mineurs pour se rendre au travail, les bureaux des houillères, la voie de chemin de fer pour le transport du charbon, la Ruche, la Cité Saint-Charles des employés de la mine, le Puits de l'Étançon.....)

smallabatt1 smallface4 smallface6

Puis retour vers Belfort et un arrêt à Champagney où l'on trouve un des plus longs barrages de France en pierres.
Rando Rando
Rando Rando

Et là encore une nouvelle page d'histoire que l'on découvre: Le bassin de Champagney.

Après la défaite de 1871-71 et la perte de l’Alsace-Lorraine, la France se trouva démunie de la liaison par voie navigable entre le canal du Rhône au Rhin et les régions industrielles et minières de l’Est du pays. La décision fut prise de rétablir la communication par le creusement, en un temps record (1875-1887), du Canal de l'Est avec la liaison Montbéliard-Nancy qui desservait le bassin houiller de Ronchamp. Mais ce canal d’une longueur de 85 km ne disposait pas à cette altitude (375 m) d’une alimentation suffisante en eau, où seul le Rahin pouvait l’alimenter hors période sèche.

La solution d’un réservoir était la seule possible et le projet fut adopté en 1882. Dés cette année là le creusement fut engagé et dura jusqu’en 1905. Des problèmes d’étanchéité reportèrent sa mise en eau définitive qu’en 1938, soit 56 ans après le début des travaux.
Entre temps à l’issue de la guerre 1914-1918 et du retour de l’Alsace-Lorraine à la France, la liaison Montbéliard-Haute-Saône fut abandonnée. La seule section mise en service en 1932 est cette aboutissant au port de Botans près de Belfort. (source:Wikipédia)

Rando

Aujourd'hui, le bassin est un haut lieu de villégiature.
Et l'endroit par excellence pour mes garçons pour se lancer dans un concours de ricochet.

Sites à voir sur l'histoire des mines dans la région (ici, et encore )